PRODUITS Issus Des ŒUVRES De VICTOR SCHAUBERGER

La Nouvelle Ère du Cuivre

La qualité des produits de la terre est fonction de la nature du sol. Pour influencer le sol de manière positive, il faut utiliser les outils de jardin en cuivre.

POURQUOI ?

Par des essais ciblés, on a pu démontrer, dès les années 50, que l’utilisation d’outils en cuivre contribuait à une nette amélioration de la qualité et de la récolte des produits de la terre.

Viktor SCHAUBERGER, bio technicien autrichien, expliquait ce phénomène par l’effet néfaste du fer dans la terre. En effet, d’après ses recherches, l’usure mécanique des outils contenant du fer conduit au dépôt de particules de fer dans le sol ; il se forme ainsi un voile de rouille qui favorise le dessèchement du sol.

Le cuivre, au contraire, n’influence même pas la tension magnétique naturelle. SCHAUBERGER n’était pas le premier à reconnaître ce phénomène. Les Chinois des empires d’antan ont renoncé pendant des centaines d’années à utiliser du fer pour  leurs travaux de jardinage.

C’est pourquoi, nous fabriquons des outils « naturels » où le cuivre remplace la matière première qu’est le fer. Certains modèles contiennent également d’autres oligo-éléments importants tels que l’or, l’argent ou le magnésium qui sont déposés dans la terre lors des travaux de jardinage.

Ces outils sont fabriqués exclusivement à partir de matières premières de très haute qualité que nos ouvriers travaillent selon les plus anciennes traditions. Le manche provient du beau bois de tilleul blanc qui est d’une grande souplesse, la pelle est obtenue à partir de plaques de cuivre.

La qualité des matières premières et leur transformation sont les meilleurs garants d’une longévité extrême. Les outils en cuivre seront les fidèles compagnons de leurs propriétaires des décennies durant.

C’est pourquoi, nous fabriquons des outils « naturels » où le cuivre remplace la matière première qu’est le fer. Certains modèles contiennent également d’autres oligo-éléments importants tels que l’or, l’argent ou le magnésium qui sont déposés dans la terre lors des travaux de jardinage.

Ces outils sont fabriqués exclusivement à partir de matières premières de très haute qualité que nos ouvriers travaillent selon les plus anciennes traditions. Le manche provient du beau bois de tilleul blanc qui est d’une grande souplesse, la pelle est obtenue à partir de plaques de cuivre.

LES MINERAIS DE CUIVRE

Le cuivre est un constituant naturel du sol. Ses particules ont une influence positive sur la teneur en eau du sol et pourvoient ainsi à une végétation abondante. Les outils en cuivre reposent sur ce principe et contribuent à améliorer la nature du sol

LES OLIGO-ÉLÉMENTS

Les plantes ont  besoin d’un grand nombre d’oligo-éléments pour une croissance équilibrée. Des traces infimes d’oligo-éléments suffisent déjà à assurer des fonctions vitales dans l’organisme, ce qui vaut également pour l’homme. Les outils en cuivre permettent à des oligo-éléments très spéciaux comme le cuivre, l’or ou le magnésium d’atteindre et de se répandre dans le sol.

VICTOR SCHAUBERGER (1885-1958) : écologiste, visionnaire et inventeur

Viktor SCHAUBERGER était l’un des premiers naturalistes d’Europe qui ont averti des conséquences d’une économie hydraulique, forestière et rurale intense. Avec son fils Walter, il créa en 1949 le premier groupe écologique autrichien et s’engagea énergiquement contre l’énergie atomique, la déforestation et le redressement des fleuves.

Durant des dizaines d’années, SCHAUBERGER se consacra à des domaines différents mais apparentés tels que l’eau et le régime des eaux, les forêts et leur dépérissement, l’agriculture et le rendement du sol, l’énergie de la nature. Il devint ainsi un maître de l’observation de la nature et, avec ses théories, se retrouvait souvent dans la ligne de mire de la critique technico-académique.

Et pourtant, ses applications pratiques étonnantes coupaient toujours court aux critiques. Le retour des cours d’eau à un état naturel, domaine dans lequel les SCHAUBERGER étaient des pionniers, est aujourd’hui une préoccupation mondiale.

De nos jours, sa conviction selon laquelle la nature doit être prise comme exemple et imitée, gagne rapidement du terrain. La force de ses idées est encore loin d’être épuisée.